OSDD Sport-Durable
Sport + Environnement + Social + Économie
Accueil Plan Recherche Mot Recherche Auteur Statistiques Nos actions Bienvenue sur Sport Durable

Un sport sain dans un corps sain dans un territoire sain

Contact

Rejoignez-nous
Vous souhaitez apporter votre contribution, vous cherchez un stage, quelque soit vos champs de compétences, prenez contact avec moi Cliquez ici.

Mon CV
Login


s'inscrire

Mot de passe oublié
Recherche

Agenda

novembre 2021
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345

Navigation


Actualités

L’empreinte écoloque et les articles sportifs
19/01/2007 - Lire la suite
Canal s’engage dans des documentaires sur le développement durable avec LES NOUVEAUX EXPLORATEURS
19/01/2007 - Lire la suite
Le secteur des sports d’hiver est en danger
19/01/2007 - Lire la suite
Quelques sites

Sportsnature.org : Réseau des Chercheurs et Experts en Sports de Nature et de Montagne
Sports and Marks
Ecobase 21
The American Sport Art Museum and Archives (ASAMA)
Le site portail de la Fondation Nicolas Hulot
Green & Gold : The Sustainable Sport Source
Actualité du développement durable : Médiaterre système d’information mondial francophone pour le développement durable
Quelques jeux

Mot croisé du 17/11/2006
Géolocalisation

Accueil > Sport durable > Manifestation sportive
mercredi 6 décembre 2006
popularité : 74
-

Au-delà de l’aspect sportif, Solo-Océane participe à la découverte scientifique de notre planète

Auteurs

Mot clés associés

[*[|[(Course autour du monde en solo à égalité de chances)]|]*]

Dans moins de trois ans, le 25 octobre 2009, le départ de la Solo-Océane sera donné de France à destination de Nouvelle-Zélande. La Solo-Océane est la première compétition de voile océanique autour du monde en solitaire qui se courra tous les deux ans à armes égales sur des monocoques Monotypes Océaniques® de 16 mètres. Ils seront tous identiques, voiles comprises et leurs budgets seront maîtrisés et contrôlés. Le parcours France - Nouvelle-Zélande - France par les trois caps : Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn comprendra deux étapes, une par an, d’environ cinquante à cinquante-cinq jours chacune. La Solo-Océane se positionne donc comme un tremplin au Vendée Globe, la compétition de référence en matière de circumnavigation en solitaire.

Mais, au-delà de l’aspect sportif, les organisateurs de la Solo-Océane ont conçu dès leur origine les Monotypes Océaniques® comme des voiliers OceanoScientific®, pour que chaque euro investi dans la Solo-Océane participe à la découverte scientifique de notre planète, pour sa préservation au service de l’humanité.

Les scientifiques du monde entier modélisent l’évolution du climat pour déterminer précisément les causes et les conséquences de son réchauffement, mais les données scientifiques validées efficacement font cruellement défaut. La technologie d’observation satellite en ce domaine est d’une très grande aide, car elle permet de surveiller l’ensemble des océans de façon quasi permanente et synoptique, mais le nombre de paramètres ainsi accessibles demeure limité. Pour valider l’exactitude des instruments qui équipent les satellites, les données satellitaires obtenues doivent être comparées à des mesures effectuées in situ. Toutefois, ces informations in situ sont : soit très inégalement réparties avec, notamment, peu de mesures dans l’hémisphère sud (40 % du parcours de la Solo-Océane) ; soit trop peu nombreuses ; soit pas assez fréquentes.

Dans ce contexte, une flotte d’au moins douze voiliers tous identiques sillonnant tous les ans dès 2009 des contrées très peu explorées où se joue notre avenir climatique, au sud des trois caps continentaux, peut servir au profit de l’humanité pour mieux comprendre notre planète et donc pour mieux la protéger.

La conception et la réalisation des outillages de coque, de quille et de mât du Monotype Océanique® intègre les différents capteurs scientifiques. La mise au point des matériels de captation est effectuée par des sociétés spécialisées. La transformation (marinisation) de matériels scientifiques sera réalisée avec le concours des ingénieurs concernés selon les thèmes de recherche. L’automatisation des opérations de captation et d’analyse sera totale pour que le solitaire en course ne soit pas contraint à des interventions sur le matériel embarqué. Les données scientifiques captées seront numérisées et transmises par satellite au PC OceanoScientific® international qui sera mis en place en parallèle du traditionnel PC Course - Média Center.

En collaboration avec le Centre National de la Recherche Scientifique française (CNRS), qui aide l’équipe du programme OceanoScientific® à l’origine de ses démarches, huit études sont identifiées pour être potentiellement traitées à bord des Monotypes Océaniques® de la Solo-Océane sous réserve de tests préliminaires : Vent réel - Force et direction ; Lumière - Mesure de l’albédo et des rayonnements solaires ; Humidité de l’air ; Pression atmosphérique ; Teneur de l’air en dioxyde de carbone (CO2) à + 15 mètres ; Température - Air et mer ; Salinité de l’eau de mer ; Teneur de l’eau de mer de surface en dioxyde de carbone (CO2) à -1,50 mètre.

En complément des matériels qui ne solliciteront aucune intervention du solitaire en course, un équipement de lancement de balises scientifiques sera intégré au tableau arrière des Monotypes Océaniques®. Dans ce cas, la collaboration du marin sera requise pour déclencher le lancement de la balise. Celle-ci se présente sous forme d’une ogive de trente centimètres de la taille d’une bouteille. Elle est utilisée par les scientifiques : soit en mode Température + Pression (Xbt), soit en mode Température + Pression + Salinité (Xctd).

Ejectées par le solitaire grâce à un lanceur intégré au tableau arrière de chaque Monotype Océanique®, ces balises couleront pour atteindre environ 1 500 mètres de profondeur. Les informations collectées seront transmises par satellite. Ces balises seront éjectées dans trois cas précis, à chaque fois à la demande des scientifiques qui piloteront l’opération OceanoScientific® du PC international de la Solo-Océane : pour calibrer un satellite en fonction des observations in situ ; pour compléter les informations fournies par les Monotypes Océaniques® qui seront traitées quasiment en temps réel à terre via le PC international ; en zone de convergence subantarctique.

L’opération OceanoScientific® menée dans le cadre de la Solo-Océane envisage d’apporter sa contribution à des programmes scientifiques internationaux dont les données sont partagées par les chercheurs du monde entier.

Par exemple, le programme GOOS (Global Ocean Observation System) est un système d’observation, de modélisation et d’analyse des océans qui fournit des données à toutes les institutions océanographiques du monde. GOOS fournit des données sur l’état actuel des océans et sur leurs ressources. Ces données sont la base des prévisions relatives au réchauffement climatique. GOOS est une plateforme de collaboration mondiale financée par la Commission Océanographique Intergouvernementale (IOC), le programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP), l’Organisation Météorologique Mondiale (WMO) et le Conseil International pour la Science (ICSU).

Autre exemple, le programme européen CORIOLIS effectue quotidiennement des analyses de température et de salinité des océans grâce à des satellites, à des navires et à des flotteurs, dérivants ou mouillés, d’origine française et américaine.

Les informations scientifiques collectées par les Monotypes Océaniques® ont vocation de compléter ces bases de données. Elles aideront à calibrer les instruments de mesure actuellement en fonction.

Une opportunité de l’opération OceanoScientific® consiste à ce qu’elle démarre quasiment en même temps que le programme satellite européen SMOS et que son homologue américain AQUARIUS. Le satellite SMOS (Soil Moisture & Ocean Salinity) établira une cartographie à l’échelle planétaire de l’humidité des sols et de la salinité des océans. La salinité des océans et son évolution permettent en effet d’identifier, de suivre et de comprendre les grands courants marins qui jouent un rôle primordial dans les changements climatiques et le réchauffement de la planète. La salinité peut aussi aider à évaluer le rôle des océans dans le cycle du carbone. Le lancement de SMOS est annoncé pour 2007 et il serait opérationnel en 2009. Celui d’AQUARIUS est annoncé pour 2009 et il serait opérationnel en 2011. Ces satellites auront besoin de calibration / validation in situ.

De l’avis des chercheurs rencontrés, les données scientifiques collectées par les Monotypes Océaniques® du programme OceanoScientific® leur seront utiles.

La Solo-Océane est la première compétition autour du monde en solitaire à armes égales. Marins et annonceurs navigueront sur des monocoques monotypes océaniques aux budgets maîtrisés.

La philosophie

La Solo-Océane est conçue, organisée, médiatisée et développée par la société SailingOne, qui a créé à cet effet le Monotype Océanique®. SailingOne le produira, le distribuera et en contrôlera la stricte monotypie et l’évolution.

La Solo-Océane est la première course en solitaire autour du monde qui garantit à des skippers internationaux de courir à égalité de chances sur les Monotypes Océaniques®, des monocoques high-tech de seize mètres tous strictement identiques les uns aux autres : coque, équipements et voiles.

La Solo-Océane est la première course en solitaire autour du monde qui garantit des coûts d’engagement et de fonctionnement maîtrisés de A à Z et qui permet aussi bien à de petites entreprises qu’à de grandes sociétés de s’engager autour du monde à égalité de chances avec des budgets raisonnables et contrôlés.

La Solo-Océane est la première course océanique qui garantit contractuellement une exposition média minimum identique à tous les teams engagés - en supplément de la couverture rédactionnelle de l’actualité sportive.

La Solo-Océane est la première compétition en solitaire autour du monde programmée tous les deux ans, avec une course tous les ans : l’étape France - Nouvelle-Zélande au dernier trimestre d’une année, puis l’étape Nouvelle-Zélande - France au premier trimestre de l’année suivante. Et ainsi de suite.

La première Solo-Océane quittera la France dimanche 25 octobre 2009.


Le concept

Le concept de la Solo-Océane repose sur un trépied qui met en exergue l’ÉGALITÉ des chances des sportifs et des armateurs ; l’ÉMOTION communiquée au plus large public ; les GARANTIES offertes à tous les acteurs, qu’ils soient coureurs en solitaires, chefs d’entreprises, élus et dirigeants de collectivités locales, journalistes ou représentants du pouvoir sportif.

ÉGALITÉ - Opposer des sportifs à armes égales est l’essence du sport. C’est un concept simple et universel. Il prend toute sa signification dans l’épreuve reine des Jeux Olympiques : le sprint. Tout est conçu dans la Solo-Océane pour que le Monotype Océanique® ne prenne pas plus d’importance dans le résultat de la compétition que short, chaussures et maillot du sprinter.

La monotypie des voiliers de la Solo-Océane est intégrale. La construction en carbone pré-imprégné cuit à 90 degrés garantit le respect des devis de poids et la similitude des structures. Coques et ponts seront donc parfaitement identiques. La qualité et la renommée internationale des fournisseurs officiels ainsi que la nature des contrats passés avec eux garantissent un matériel haut de gamme, fiable et performant, avec une similitude parfaite d’un bateau à l’autre. Voiles North Sails 3DL issues des technologies de l’America’s Cup, de la Volvo Ocean Race développées par des coureurs d’océans en solitaire comme Ellen MacArthur ; winches Harken ; cordages Lancelin ; emmagasineurs Karver et électronique NKE équiperont les Monotypes Océaniques®, dont l’énergie sera produite par un moteur Nanni Diesel et par un hydrogénérateur.

ÉMOTION - Le plus large public perçoit la course océanique comme une aventure sportive pratiquée par des hommes et des femmes d’exception. En mettant tous les engagés sur un pied d’égalité, avec un matériel identique pour tous, nous magnifions l’engagement humain et diminuons d’autant le facteur technologique. La Solo-Océane est un creuset d’émotions humaines.

Peu importe de savoir de quelle matière sont faits les bateaux et les voiles. Comme tous disposent de la même monture, seule compte alors aux yeux du public l’engagement du marin seul face aux éléments, sur des océans réputés pour leur hostilité. C’est l’histoire de conquérants de l’impossible lancés dans une bataille navale des temps modernes, dans un sprint planétaire. Cet aspect de la Solo-Océane en sera le vecteur de communication majeur. L’aventure humaine sera privilégiée, au-delà des résultats sportifs. Car de belles histoires de marins, il en existe en tête de la flotte, au cœur du peloton mais aussi loin derrière les leaders. Nous serons attentifs à chacune d’entre elles.

GARANTIES - "Garantie" est le maître mot de la Solo-Océane. Tous les acteurs en profitent : les sportifs pour une monotypie rigoureuse afin de naviguer vite et en sécurité ; les armateurs pour des coûts abordables et strictement contrôlés, les annonceurs pour une médiatisation contractuelle ; les médias pour la simplicité et la force de l’événement ; les collectivités pour la fréquentation et la mise en valeur des sites de départs et d’arrivées ; le pouvoir sportif pour le respect de l’éthique de la voile internationale ; le public, enfin, pour des aventures exceptionnelles, fortes en émotion et riches d’images étonnantes.

Contact

Siège & Logistique

SailingOne
Parc de Kerran
Saint Philibert
56470 La Trinité-sur-Mer
France
Tél. : 02 97 59 10 34
Fax : 02 97 59 10 35

Marketing & Communication
SailingOne
6 rue du Docteur Finlay
75015 Paris
France
Tél./Fax : 01 45 78 04 28

Direction générale : Yvan Griboval - gribo@sailingone.com
Relations internationales : Carole Parquet - solo-oceans@sailingone.com
Relations médias : Clémentine Chaignaud - media@sailingone.com

Voir en ligne : spip.php?site0

Copyright © 2006 Sport Durable
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | | Google analytics | PIWIK | marqueur eStat'Perso