OSDD Sport-Durable
Sport + Environnement + Social + Économie
Accueil Plan Recherche Mot Recherche Auteur Statistiques Nos actions Bienvenue sur Sport Durable

Un sport sain dans un corps sain dans un territoire sain

Contact

Rejoignez-nous
Vous souhaitez apporter votre contribution, vous cherchez un stage, quelque soit vos champs de compétences, prenez contact avec moi Cliquez ici.

Mon CV
Login


s'inscrire

Mot de passe oublié
Recherche

Agenda

février 2021
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Navigation


Actualités

L’empreinte écoloque et les articles sportifs
19/01/2007 - Lire la suite
Canal s’engage dans des documentaires sur le développement durable avec LES NOUVEAUX EXPLORATEURS
19/01/2007 - Lire la suite
Le secteur des sports d’hiver est en danger
19/01/2007 - Lire la suite
Quelques sites

Sportsnature.org : Réseau des Chercheurs et Experts en Sports de Nature et de Montagne
Le site portail de la Fondation Nicolas Hulot
Actualité du développement durable : Médiaterre système d’information mondial francophone pour le développement durable
Green & Gold : The Sustainable Sport Source
Ecobase 21
The American Sport Art Museum and Archives (ASAMA)
Sports and Marks
Quelques jeux

Mot croisé du 17/11/2006
Géolocalisation

Accueil > Economie > Commerce équitable > Macro-économie
lundi 20 novembre 2006
popularité : 100
-

La relation entre le sport et l’économie

Auteurs

Mot clés associés

P R O F. D R . S T E F A N K É S E N N E
UNIVERSITEIT ANT WERPEN, UFSIA
Ce document est la synthèse rédigée par Carine Vassart
d’un rapport à la Fondation de Stefan Késenne,
Faculteit Toegepaste Economische Wetenschappen,
Universiteit Antwerpen, UFSIA réalisé dans le cadre de la
réflexion prospective "Société et Sport" menée par la
Fondation Roi Baudouin

La relation entre le sport et l’économie n’est pas un thème habituel dans la littérature économique même si la professionnalisation croissante et la commercialisation du sport de haut niveau amorcent un changement.
Si la première étude américaine sur le sujet (un article de l’économiste S. Rottenberg) date de 1956, l’Europe a commencé à s’intéresser à la signification macro-économique du sport après la crise du pétrole, au moment où il a fallu apporter un éclairage économique aux politiques publiques et à l’efficacité de la répartition des maigres moyens alloués.
Ce n’est sans doute pas un hasard si l’intérêt pour la dimension économique du sport date d’une période de crise économique où toute dépense publique est passée au crible. Menacé, le lobby du sport va tenter de persuader les gouvernements de l’importance de son secteur par des arguments économiques relatifs à la production, aux revenus générés, à l’emploi et aux taxes récoltées par ce biais. De la même manière, l’organisation des grands événements sportifs et la construction de stades seront également inspirées par la volonté de persuader la population - et surtout les gouvernements – qu’il est indispensable de continuer à subsidier ce domaine. Dans de telles circonstances, il est facile de comprendre que la tentation était grande de gonfler quelque peu l’impact économique du secteur

I.1. La signification macro-économique du sport
Le Conseil de l’Europe a fait effectuer à deux reprises, dans les années 80 et au début des années 90, une enquête, dans les différents pays européens, pour tenter de cerner la dimension macro-économique du
sport. Ces travaux développent une approche budgétaire basée sur l’évaluation de la part des dépenses relatives au sport dans le Produit Intérieur Brut.

Les résultats pour la Flandre
En 1996, les universités flamandes ont donc scruté aussi bien la consommation privée que les dépenses publiques. La consommation des familles a été examinée à travers les interviews de 512 familles représentatives.
Dans 80% des familles, une activité sportive au moins avait été accomplie l’année d’avant. Le nombre d’activités croît avec la taille de la cellule familiale : de 1,9 pour les célibataires à 5,7 pour les familles de 5 personnes ou plus. Les activités sportives les plus pratiquées sont : le vélo (37%), la natation (31%) et la marche (28%) devant le fitness(16%), le jogging (10%), le ski (10%), le football (10%),…
• Les dépenses pour la pratique d’un sport
Les plus grosses dépenses des familles flamandes portent sur le ski (+/- 7.613 F/an), le vélo (6.043 F), la natation (5.538 F), la marche (5.389 F) et le tennis (3.665 F). La part importante de ces sports résulte du fait qu’ils sont souvent pratiqués par la majorité des membres d’une même famille. Dans la consommation totale, la plus grande part des dépenses est consacrée aux déplacements (environ 17.568 F), suivis par l’équipement (14.474 F), les frais liés aux activités sociales (la troisième mitemps…)
(12.410 F), les cotisations et l’hébergement (7.134 F), les stages (6.018 F). Il faut ajouter à cela quelque 2.764 F d’autres dépenses indirectes.
La dépense moyenne pour la pratique d’un sport dans une famille est donc de 60.000 F par an. Soit, pour la Flandre, une dépense globale d’environ 139 milliards par an.

Voir en ligne : spip.php?site0

Copyright © 2006 Sport Durable
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | | Google analytics | PIWIK | marqueur eStat'Perso